fr French
af Afrikaanssq Albanianam Amharicar Arabichy Armenianaz Azerbaijanieu Basquebe Belarusianbn Bengalibs Bosnianbg Bulgarianca Catalanceb Cebuanony Chichewazh-CN Chinese (Simplified)zh-TW Chinese (Traditional)co Corsicanhr Croatiancs Czechda Danishnl Dutchen Englisheo Esperantoet Estoniantl Filipinofi Finnishfr Frenchfy Frisiangl Galicianka Georgiande Germanel Greekgu Gujaratiht Haitian Creoleha Hausahaw Hawaiianiw Hebrewhi Hindihmn Hmonghu Hungarianis Icelandicig Igboid Indonesianga Irishit Italianja Japanesejw Javanesekn Kannadakk Kazakhkm Khmerko Koreanku Kurdish (Kurmanji)ky Kyrgyzlo Laola Latinlv Latvianlt Lithuanianlb Luxembourgishmk Macedonianmg Malagasyms Malayml Malayalammt Maltesemi Maorimr Marathimn Mongolianmy Myanmar (Burmese)ne Nepalino Norwegianps Pashtofa Persianpl Polishpt Portuguesepa Punjabiro Romanianru Russiansm Samoangd Scottish Gaelicsr Serbianst Sesothosn Shonasd Sindhisi Sinhalask Slovaksl Slovenianso Somalies Spanishsu Sudanesesw Swahilisv Swedishtg Tajikta Tamilte Teluguth Thaitr Turkishuk Ukrainianur Urduuz Uzbekvi Vietnamesecy Welshxh Xhosayi Yiddishyo Yorubazu Zulu
RETRO

FOOT – RÉTRO : MANNO SANON, STAR ÉTERNELLE DU FOOTBALL HAÏTIEN

Emmanuel Sanon, dit Manno Sanon l’un des plus brillants footballeurs que la sélection nationale haïtienne a connus.

Parmi les nombreuses contributions d’Emmanuel Sanon, «dit Manno», au progrès, ou au lancement, du football haïtien sur la scène nationale et internationale, les journalistes, ou chroniqueurs sportifs, ont souvent tendance à classer le but contre la sélection nationale d’Italie au sommet de sa carrière de footballeur.

(⚽)

Sa vision, sa philosophie du football haïtien, transcende l’impact du but marqué contre l’Italie en 1974

Emmanuel Sanon était, par nature, un homme plutôt concerné par la «désorganisation» du football haïtien et par ce qui pouvait permettre de la comprendre, bien mieux que ses exploits sportifs. Son œuvre, dans ce domaine comme ailleurs, était marquée du sceau de ses dialogues répétés auprès des jeunes sportifs haïtiens, de ses prises de position pour le déploiement, sur le plan national (non limité à Port-au-Prince), de ce sport international en Haïti, une vision qu’il avait autrefois définie comme «le but suprême».

Emmanuel Sanon, né à Port-au-Prince le 25 juin 1951, est et reste dans la mémoire des haïtiens l’un des plus brillants footballeurs que la sélection nationale haïtienne a connus.

L’on dira qu’Emmanuel Sanon fut un fonceur, avec un grand F, tant dans le football que dans la vie. Son humanité, sa philosophie de la vie, ses désirs de gagner, sa vitesse incomparable, ses qualités athlétiques exceptionnelles et son sens du placement ont fait de lui l’un des attaquants les plus redoutables du football haïtien : il a entre autres marqué 47 buts pour la sélection nationale haïtienne.

(⚽)

A coté de ses rares qualités d’entraineur, ses ambitions littéraires ont aussi attiré l’attention du public haïtien


Déjà a l’école primaire Fabre Geffrard, sa façon habile, exercée et douée de marquer des buts, avait retenu l’attention de plus d’un. Les mêmes prouesses et prédispositions lui ont été attribuées au Lycée Firmin et au Lycée de Pétion-ville où il a poursuivi ses études secondaires.

Emmanuel Sanon a toujours pris un réel plaisir à accorder les crédits de sa réussite scolaire à sa mère qui lui a toujours rappelé l’importance d’une bonne éducation.

Manno a connu beaucoup de succès au long de sa carrière de footballeur en Haïti. A l’âge de 13 ans, il a gagné le championnat de quatrième division avec le Don Bosco de Pétion-Ville du père Djebels. De 1967 à 1970, il a été champion scolaire deux fois avec le Lycée de Pétion-Ville.

Emmanuel Sanon a joué en première division avec le Don bosco en Coupe Pradel à l’âge de 16 ans. Avant l’âge de 20 ans, parmi des joueurs comme Jeannot Paul, Wilfrid Louis, Roosevelt, Guy Larosilière et Clarel Auguste, il a été champion avec le Don Bosco.

(⚽)

Au cours du tournoi de la CONCACAF en 1974 pour la qualification de la coupe du monde il s’est organisé à donner de sérieuses difficultés aux défenses adverses

Qualifié en titre de champion de la CONCAF, il a représenté Haïti en Allemagne accompagné de ses coéquipiers, des plus glorieux à l’époque, Francillon, Eddy Antoine, Piquant, Pierre Bayonne, Phillipe Vorbe, Guy Saint-Vil, Roger Saint-Vil, Jean Joseph, Tom Pouce, Pelao, Claude Barthelemy, Wilner Nazaire,Fito Plantin, des joueurs comme les Léandres, Pélao, etc.

Les deux buts marqués contre l’Italie et l’Argentine lui ont valu l’honneur d’être inscrit en lettres d’or dans les annales des buteurs de la coupe du monde parmi des génies du ballon rond comme Pelé, Kempes, Di Stefano, Gerd Muller, Maradona, Zidane, Paolo Rossi, Ronaldo, etc.

Au cours des interviews accordées à la presse nationale et internationale, l’inoubliable culturiste haïtien a préféré le but qu’il a marqué en 1979 contre Standard de Liège (alors qu’il évoluait au sein de la formation du Berschoot d’Anvers en Belgique) au but historique, beau et acclamé, contre l’Italie de Zoff.

(⚽)

Le public haïtien et la presse haïtienne ont, en 1974, applaudi Manno comme «le meilleur athlète haïtien du siècle»

Quand il n’a pas récusé cette proclamation un peu trop laudative, il a toutefois fait remarquer aux journalistes qui l’ont interrogé sur ce point que tous ses mérites sont attachés aux éminents footballeurs de son admiration :

Pelé, Philippe Vorbe, Eusebio, Tom pouce, Juan Lozano, Chadlin Délice, Cruyff, Bayonne, Beckenbauer et Michel Blain.

Lors du mémorial organisé en Novembre dernier en l’honneur du Père Diebels, Manno a décerné le titre de buteur le plus doué dans l’histoire du football haïtien à Chadin. Cette façon de penser, d’agir, reflète le respect, l’humilité et l’esprit d’équipe qui ont marqué la carrière glorieuse d’Emmanuel Sanon.

Il meurt à Orlando, un jeudi matin, le 21 février 2008. Sa carrière sportive restera immortalisée dans cette image: Son allure fulgurante et solide, sure et élégante, sur le ballon qui a percé le filet de Zoff!

Paix à son âme!

Par : Paul Sanon
Édité : Par Mme André Sanon / 23 Février 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page