fr French
af Afrikaanssq Albanianam Amharicar Arabichy Armenianaz Azerbaijanieu Basquebe Belarusianbn Bengalibs Bosnianbg Bulgarianca Catalanceb Cebuanony Chichewazh-CN Chinese (Simplified)zh-TW Chinese (Traditional)co Corsicanhr Croatiancs Czechda Danishnl Dutchen Englisheo Esperantoet Estoniantl Filipinofi Finnishfr Frenchfy Frisiangl Galicianka Georgiande Germanel Greekgu Gujaratiht Haitian Creoleha Hausahaw Hawaiianiw Hebrewhi Hindihmn Hmonghu Hungarianis Icelandicig Igboid Indonesianga Irishit Italianja Japanesejw Javanesekn Kannadakk Kazakhkm Khmerko Koreanku Kurdish (Kurmanji)ky Kyrgyzlo Laola Latinlv Latvianlt Lithuanianlb Luxembourgishmk Macedonianmg Malagasyms Malayml Malayalammt Maltesemi Maorimr Marathimn Mongolianmy Myanmar (Burmese)ne Nepalino Norwegianps Pashtofa Persianpl Polishpt Portuguesepa Punjabiro Romanianru Russiansm Samoangd Scottish Gaelicsr Serbianst Sesothosn Shonasd Sindhisi Sinhalask Slovaksl Slovenianso Somalies Spanishsu Sudanesesw Swahilisv Swedishtg Tajikta Tamilte Teluguth Thaitr Turkishuk Ukrainianur Urduuz Uzbekvi Vietnamesecy Welshxh Xhosayi Yiddishyo Yorubazu Zulu
ÉDITORIAL

Coach Jimmy, grand amateur du foot argentin, soutient et ne tarit pas d’éloges à Jean-Jacques Pierre

Bonjour à tous. En introduction de mon message aujourd’hui, je souhaite vous partager ce propos du grand César Luis Menotti « il faut savoir situer le football exactement au niveau social qui lui correspond. Si cela devient une obsession, on perd en perspective car L’obsession ne laisse dans l’esprit que de la place aux préjugés »

Je suis un grand fan du football argentin comme beaucoup de mes compatriotes Haïtiens.

Jeance est l’un des hommes les plus importants dans ma vie et c’est lui qui m’a transmis cet amour pour le football argentin, c’est le plus gros cadeau que j’ai reçu dans ma vie donc je lui dois beaucoup.

Ma vision du football s’inspire du savoir faire des éducateurs argentins et de la pensée de Menottis.

Pour revenir au sujet qui nous intéresse aujourd’hui. Monsieur Eugène Njo Léa, ancien footballeur, juriste et diplomate, il était d’origine camerounaise.

Il est important de rafraîchir les mémoires de notre communauté.

D’autre part, l’actualité footballistique en Haïti m’impose ce retour en arrière pour que le peuple Haïtien soutienne mon frère Jean-Jacques Pierre dans son futur projet au sein de notre football, que le peuple Haïtien le protège des médiocres et de la méchanceté des hommes Haïtien car Jean-Jacques Pierre sera important pour l’avenir de notre football sur les 30 années prochaines.

Il est passionné, il connait la réalité du football et il a été formé à la bonne école mais le plus important à mes yeux c’est qu’il a envie d’apprendre au contact des autres.

J’ai entièrement confiance que l’homme du cimetière réussisse.

Revenons sur Eugène, C’est l’histoire d’un jeune gamin parti en France pour poursuivre ses études et qui deviendra l’un des premiers footballeurs Africain du championnat français de première division.

Attaquant prolifique, il impulse la création du plus puissant syndicat de footballeurs européens. Il est à l’origine, avec Just Fontaine et Jacques Bertrand, de la naissance du syndicat des footballeurs français : l’UNFP le 16 novembre 1961.

Il forme un trio redoutable au sein de l’attaque de l’AS Saint Étienne avec Rijvers, Mekloufi, obtenant le premier titre de champion de France de l’histoire de ce club.

Il fera de brillantes études universitaires tout en jouant au football.

Intellectuel, diplomate et juriste, il a joué dans les plus grands clubs français et a même été ambassadeur auprès de Diallo Telli, le tout premier secrétaire général de l’organisation de l’unité africaine. Après ses études, il devient diplomate à Rome et également dans certaines ambassades du Cameroun en Europe.

Son histoire est identique à l’un des Haïtiens les plus brillants de sa génération, en l’occurrence Monsieur Leslie Manigat.

Je vais vous décrire le parcours du combattant de monsieur Eugène en arrivant au Cameroun après sa brillante carrière professionnelle en Europe.

J’ai toujours su que notre pays était composé d’un ensemble de tribus du continent africain.
Malheureusement pour Haïti ,nous avons reçu une grande majorité de tribus africaines malsaines qui sont arrivés sur l’île d’Haïti.

Voici la suite de l’histoire D’Eugène, chaque Haïtien qui lira ce message comprendra que nous sommes camerounais. Nous sommes congolais nous sommes guinéens nous sommes ivoiriens car Leslie Manigat a eu la même mésaventure en arrivant en Haïti, après son exil au Venezuela.

Nous pouvons nous poser la même question si nous voulons continuer à subir cette méchanceté en silence et continuer à laisser notre football et notre pays dans les mains des médiocres par peur de mourir…

En 1987, Eugène Njo Léa rentre au Cameroun dans l’optique de mettre son talent au service de son pays. Il présente son projet de professionnalisation du football camerounais. Raillé, dénigré, jalousé, menacé, il est mort sans que son projet ne se réalise. Il déclara quelques années avant sa mort: « j’ai rencontré des oppositions de toutes parts. Et je dois remercier le bon Dieu, parce que je pense que ces gens étaient capables de tout, même de me faire disparaître physiquement »

En effet, il sacrifiera toutes ses économies pour son rêve le plus cher, celui de professionnalisation du football africain; en clamant qu’il voulait donner à l’Afrique les moyens de gagner une Coupe du monde de football.

Aujourd’hui le football Haïtien est dans une période d’incertitude. Nous avons beaucoup d’ hommes et de femmes qui tentent en vain d’analyser la situation actuelle mais sans avoir de formation continue. Aujourd’hui, il est facile de prendre le micro,d’être expert ou d’être journaliste reporter ou d’être présentateur d’une émission télé quand tu es un Haïtien car Internet a offert cette opportunité d’avoir une tribune directement à la maison pour se défouler après une journée de travail difficile dans un pays étranger.

Nous avons un pays où tout est normal et possible.

Les médiocres sont capables de faire passer des bons éléments pour des mauvais en s’appuyant sur des analyses populaires et sur l’émotion du peuple Haïtien qui réagit souvent sans prendre le temps d’avoir une vue d’ensemble.

Nous savons que le football a besoin de la confiance et de temps pour réaliser des grandes choses. Le football est simple à comprendre mais il est difficile à mettre en place un projet de développement durable sur le long terme car cela demande de la compétence et beaucoup de bon sens.

Nous ne pouvons rien réaliser de bon dans la précipitation. Aujourd’hui la deuxième partie de la série fermeture va reprendre prochainement

75% du staff technique de nos clubs ont été renouvelés , le Real du cap , Arcahaie , Mirebalais, Violette et Cosmopolite ont réussi à garder leurs coachs.

50% des effectifs de chaque club de notre championnat national seront renouvelées pour la série fermeture.

Nous ne pouvons pas réaliser des grandes choses dans le football sans la confiance.
Dans notre pays Personne n’a confiance en personne et dans cette condition, il sera impossible dedévelopper le football sur la continuité car la confiance et la parole données sont les premières étapes pour réussir un projet de club sur le court et le long terme car le football est un sport simple, rendu compliqué par les gens qui n’y connaissent rien.

Pour Jorge Valdano,comprendre le football c’est aussi savoir s’éloigner un peu et croire en des valeurs propres à chacun. Car trop de football peut même perturber et égarer un homme…

Coach Jimmy

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page